Des limites suggérées et d’autres à respecter

Dans un article précédent, tu m’as aidé à bâtir une Crypt. J’aimerais tu me guides à bâtir ma Library.

Je peux écouter? Je suis intéressé moi aussi! Il est même possible que je pose quelques questions.

Pas de problème, je vais commencer par vous parler des limites officielles, et ensuite des limites que je vous proposerai de respecter.

D’accord.

Pour débuter, je souhaite vous habituer à deckbuilder avec les règles officielles de tournoi, c’est-à-dire avec une Crypt de 12 Vampires minimum et une Library qui contient entre 60 et 90 cartes.

Jusque là, ça va: je le savais déjà!

S’il y a des règles officielles, c’est qu’il y a des règles non officielles?

Oui, c’est arrivé! Surtout dans les débuts, plusieurs avaient des «règles maison». Cela était probablement dû au fait que le style de jeu était encore très nouveau ou encore parce que les joueurs ne maîtrisaient pas totalement les règles…

Oui, je me rappelle avoir joué avec une limite de 2 cartes portant même nom dans la Library. Avec cette limite, nous étions forcés de jouer avec plusieurs cartes de notre collection, même les nulles. L’horreur. On s’y est habitué, mais ce n’est qu’en enlevant cette règle maison stupide que nous avons vu le réel potentiel de Vtes. Les combos étaient plus faciles à exécuter et les archétypes ont émergé. En tournoi, on devait constamment s’adapter aux règles officielles que nous ne maîtrisions que trop peu…

Oui, Wallace. C’est pourquoi je souhaite montrer les règles normalisées.

Avant de continuer, j’aurais une règle d’or de deckbuilding à suggérer. Même si en tournoi la limite de cartes comprises dans la Library est de 90 cartes, je vous propose de tenter de réduire le nombre de cartes dans votre Library à, disons, 70 cartes. Par contre, si vous planifiez bâtir un deck où il y aura un gros roulement de cartes (bleed-stealth, combat-rush), vous pourriez considérer monter jusqu’à 90 cartes. Un deck de ce type est beaucoup moins efficace quand il manque de cartes… De plus, un petit deck augmentera les chances de piocher les cartes spéciales et uniques de votre deck. Si vous avez mis un Hunting ground, disons, vous avez plus de chance de le piocher avec un deck de 60 cartes plutôt que dans un deck de 90 cartes (1/60 au lieu de 1/90). Pour plus de détails au sujet de la quantité de cartes dans un deck, de son impact sur les probabilités et des ratios, je vous invite à relire cet article.

Walace a mentionné tout à l’heure qu’il jouait avec une règle maison qui le limitait à 2 cartes identiques par deck. Et maintenant? Je suis un joueur de Magic: the Gathering, aussi. À Magic, la limite est généralement de 4 cartes du même nom par deck. Est-ce qu’il existe une limite semblable à Vtes?

Non. il n’y a pas de limite à la quantité de cartes du même nom que vous pouvez mettre dans votre deck. Et c’est à la fois un avantage et un problème: si on ne met pas assez de cartes d’un type, vous en manquerez au cours de la partie; si vous en mettez trop, vous risquez d’en avoir une quantité inutile dans votre main, alors que vous auriez souhaité piocher autre chose. On parlera alors d’équilibre, de ratio et plus tard de modules. Gardez ça en tête, nous y reviendrons dans un prochain article.

Ok, j’ai hâte de choisir des cartes!

Je comprends! Mais avant de vous aider à choisir des cartes, on doit parler de celles que vous ne voulez pas.

Err, ok?

Les cartes bannies

Oui. D’abord, certaines cartes sont bannies et ne peuvent en aucun cas être mises dans un deck. En tout cas, pas pour jouer une partie officielle. Donc, on proscrit les cartes suivantes:

Anthelios, The Red Star
Cunctator Motion
Dramatic Upheaval
Edge Explosion
High Stakes
Kindred Restructure
Lilith’s Blessing
Madness of the Bard
Memories of Mortality
Playing for Keeps
Protect Thine Own
The Return to Innocence
Seeds of Corruption
Succubus Club
Temptation of Greater Power

Ces cartes donnaient parfois naissance soit à des combos trop forts (p. e.: Anthelios, The Red Star ou encore The Return to Innocence), soit référaient à des mécaniques qui ne sont plus du tout utilisées (p. e.: Playing for Keeps), soit étaient considérées loufoques et antijeu (p. e.: Madness of the Bard) ou encore dénaturaient la relation proie-prédateur (p. e.: Dramatic Upheaval)

Je comprends pourquoi elles ont été bannies. Est-ce qu’il y a d’autres cartes qu’on doit éviter de mettre dans nos decks?

Oui, quand vous fouillerez dans les cartes de disciplines et les cartes de clan, certaines vous paraîtront utiles, mais en réalité, elles ne le sont plus vraiment.

Les cartes qui visent un clan en particulier

Ah oui? Elles étaient bonnes avant et plus maintenant?

Certaines cartes ont des effets dévastateurs contre certains clans seulement. Il faut comprendre qu’au début du jeu, à l’époque où il s’appelait Jyhad, il n’y avait que sept clans + les Caitiff (qui n’était pas considéré comme un clan). Ainsi, des cartes comme Brujah Frenzy, Cultivated Blood Shortage, Gangrel Atavism, Letter from Vienna, Malkavian Dementia et Tragic Love Affair sont à éviter. Les occasions où elles seront utiles seront rares, trop rares pour justifier les mettre dans des decks.

Les cartes qui demandent une situation trop précise

Certaines autres cartes sont aussi trop restrictives, car elles nécessitent des circonstances trop particulières. Eyes of the Dead, par exemple, est très restrictive. Pour être jouée, elle doit l’être dans les circonstances suivantes:

  1. Un Vampire doit être en torpeur.
  2. Ce Vampire doit être le nôtre.
  3. Un Vampire d’un autre Methuselah doit tenter de le diableriser
  4. On doit avoir un Vampire qui peut bloquer la tentative de diablerie et qui possède Necromancy comme discipline
  5. On doit avoir le Eyes of the Dead dans les mains
  6. On se croise les doigts pour que +1 intercept ou +2 intercept fasse la différence…

Ouf… C’est beaucoup de conditions!

Une carte comme Elder Intervention n’est pas très bonne non plus, mais elle peut démerder un deck qui n’a pas accès à des disciplines d’intercept, car au moins, la condition du bleed arrive tout le temps! Je veux dire qu’elle est, dans ce sens, moins restrictive.

Ouin, mais je ne la remplace pas avant la fin de l’action et elle coûte 1 blood

C’est le prix à payer pour ne pas jouer Auspex! 😉

Les cartes uniques

Pour ce qui est des cartes Unique, le problème ne réside pas dans le fait qu’elles soient faibles, mais bien dans le fait qu’on ne puisse pas en avoir deux du même nom en jeu en même temps.

Oui, c’est la règle pour les cartes Unique…

Alors, il faut éviter d’en mettre trop dans son deck. Prenons par exemple Pentex Subversion. C’est une carte puissante (voire controversée), mais il serait un handicap grand d’en avoir 10 dans son deck, disons.

Pourquoi cela? C’est une carte qui s’enlève par «any other minion as a (D) action», non? Je commence à la connaître par coeur: je l’ai vu joué souvent!

C’est exact.

Alors, on pourrait très probablement en jouer plus d’un lors d’une partie!

C’est pas faux.

Où est le problème?

Eh bien, imagine que tu en aies plusieurs dans les mains. Cela qui est très probable puisqu’à eux seuls, les Pentex Subversion composeraient entre 1/6 et 1/9 cartes du deck. Et si, par malheur/bonheur, les Pentex Subversion ne sont pas retirés du jeu?

On finirait par en avoir plein dans les mains.

Et on se saurait pas quoi en faire… Ils finiraient dans la défausse.

Et ils prendraient la place d’autres cartes Master qui auraient été plus utiles dans des circonstances plus probables.

D’autant plus qu’on ne peut en jouer qu’un par tour.

C’est plutôt restrictif, non? Je crois que dans le cas des cartes Unique, il ne faut pas se priver d’en mettre, mais il faut aussi se retenir d’en mettre trop. Cela dit, il est possible que certaines stratégies incitent à mettre des cartes Unique en grande quantité. Mais en règle générale, ce n’est pas une chose souhaitable.

Il ne faut pas oublier qu’elles peuvent être contestées, aussi!

C’est juste, Pénélope! Merci de nous faire le rappel!

Et tout ça est d’autant plus vrai pour les cartes jouables une seule fois par partie, comme Giant’s Blood. Généralement, une carte de ce genre devrait être suffisante dans votre deck.

Avec ces quelques conseils de base, vous pourrez commencer à regarder vos cartes d’un autre oeil. Veillez à ce que chacune des cartes ait son utilité dans votre deck et tentez de prédire dans quelles circonstances et à quelles fréquences elle serait jouée. Ce simple questionnement vous aidera sûrement à faire de meilleurs choix de deckbuilding.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *