le Draft effect

Je vois partout sur les cartes un effet Draft dans un cartouche gris. J’ai remarqué que pendant les parties, personne n’en fait jamais mention. Mais à quoi cela sert au juste?

Oui, je sais, il y a des mentions «Draft» dans quelques éditions: 3rd edition, Sword of Caine, Lord of the Night, Twilight Rebellion, Keepers of Tradition et Heirs to the Blood. Le Draft est un mode de jeu qui n’est plus vraiment utilisé aujourd’hui puisqu’a priori il nécessite des paquets scellés.

Un mode de jeu?

Oui, chaque joueur se procure un nombre de paquets déterminé à l’avance: disons sept paquets scellés de l’édition Keepers of Tradition. Une fois installés à une table, tous les joueurs ouvrent leur premier paquet, regardent leurs cartes et en choisissent une. Ensuite, chaque joueur passe ses cartes restantes au joueur de droite et reçoit les cartes restantes du joueur de gauche. De leur nouvelle main, chaque joueur choisit une deuxième carte et passe le paquet au prochain, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il ne reste plus de cartes. À ce moment, on ouvre le prochain paquet et on procède de la même manière, mais en inversant le sens de passation des cartes. Une fois que tous les paquets ont été draftés, du temps est alloué à chaque joueur pour bâtir un deck avec les cartes qu’il vient tout juste de drafter.

Ouch, ça l’air difficile de faire ça! Je ne pense pas que je ferais de bons choix… Je me vois prendre n’importe quoi juste parce que je vois passer de bonnes cartes, mais qu’au final je n’arrive pas à y trouver une synergie.

Je suis d’accord que ce n’est pas avec ce mode de jeu qu’il faut apprendre les mécanismes, ni même les stratégies de base! Ça demande un brin d’expérience en construction de deck pour apprécier le Draft. Je ne te conseille pas d’en faire un tout de suite… En fait, un des défis réside dans le fait qu’il y a une pléthore de clans et de disciplines. Comme dans un Draft les joueurs sont contraints de jouer avec les cartes draftées, il serait probablement trop rare d’avoir des cartes en quantité suffisante dans une discipline pour bâtir un deck qui a un peu de contenu.

Ok, je peux voir ça. Si je n’arrive qu’à drafter que quelques cartes d’Obfuscate Obfuscate <   , ce sera difficile de bâtir un deck avec cette stratégie.

C’est ça. Il existe tellement de clans et de disciplines différentes qu’un deck aurait beaucoup de difficulté à avoir de la substance et ça ne serait pas très amusant… Or, c’est ici que le draft effect entre en jeu. Dans le cartouche en gris, il y a une mention «Draft». En fait, cette mention donne à la carte une fonctionnalité supplémentaire utilisable que lors des Drafts seulement. Prenons par exemple la carte Aid From Bats de l’édition Keepers of Tradition.

Que mentionne le «draft effect» ?

Que je ne remplace pas la carte avant la fin du combat et que j’ai une Maneuver. Il n’y a pas de symbole de discipline. Je crois que ça veut dire que même si je ne possède pas la discipline Animalism, je peux tout de même utiliser la carte comme Maneuver dans un combat. C’est ça?

Exact!

Ah, ça ouvre les possibilités! Les cartes deviennent tout à coup plus versatiles. Une carte qui devrait être limitée à une certaine discipline ou à un certain clan est maintenant utilisable par une plus grande proportion de joueurs autour de la table.

Mais seulement lors des parties en mode Draft, par contre!

C’est triste de ne plus pouvoir utiliser ce mode de jeu…

En fait, il existe une méthode connue sous le nom de Cube pour parvenir à simuler un réel Draft.

Comment ça fonctionne?

En fait, au lieu d’avoir des paquets scellés, des cartes ont déjà été sélectionnées afin de former un Cube. Le Cube est le rassemblement de cartes préalablement choisies (disons 400 cartes: 300 cartes de library et 100 Vampires). De ces cartes, on forme artificiellement des paquets et on draft ces paquets-là.

C’est intéressant!

Oui, mais ce qui est difficile est de bâtir un Cube qui soit à la fois intéressant et équilibré pour chaque clan et chaque discipline. Ce n’est pas une mince affaire de faire ça. Se limiter aux cartes d’une seule collection aiderait probablement à garder un équilibre.

C’est là que le Draft effect rend la chose plus facile à gérer.

Précisément! Il ne faut pas oublier les autres types de cartes tels que les Equipments 5, les Political actions 2, les Allies 3, etc.

Ouais, tout un casse-tête!

Vraiment!

Un Dia de Los Muertos bloqué

Salut Darius, admettons que je joue un Dia de Los Muertos à ma Master phase, sera-t-il gaspillé si ma première Political action est bloquée?

Non, car pour qu’un Vampire «call» un referendum, la Political action ne doit pas être bloquée. Tant que l’action n’est pas réussie, il n’y a pas de referendum. Donc, le Dia de Los Muertos est bon pour tout le tour d’un Methuselah!

Wow! C’est plus fort que ne le pensais!

Les limites d’utiliser la maneuver d’un .44 Magnum.

J’ai joué un deck dans lequel la stratégie principale était de m’équiper avec des .44 Magnum et d’utiliser leur Maneuver pour me protéger de la Strike de mes adversaires. Seulement, il est arrivé ceci:

Oui, c’est normal. Le fait que tu aies utilisé la Maneuver du .44 Magnum t’oblige à l’utiliser pour ta Strike initiale.

J’en suis obligé?

Oui, c’est dans les règles, sous le point 6.4.3. Strike

If a minion has used a maneuver from a strike (either a strike card or a weapon) this round, then he cannot choose any other strike for his initial strike of the round.

Or, comme Immortal Grapple t’empêche d’utiliser autre chose qu’une Hand Strike (comprendre ici qu’il empêche d’utiliser ton .44 Magnum), il y a une incompatibilité entre le fait d’être obligé d’utiliser ta Strike du .44 Magnum et être forcé d’utiliser une Hand Strike. Cette incompatibilité t’empêche de choisir de Strike durant ce Round.

Avoir deux .44 Magnum ne m’aurait pas plus aidé?

En fait, tu n’aurais pas pu utiliser la Maneuver du deuxième 44. Magnum pour la même raison: en utilisant la Maveuver du premier .44 Magnum, tu te forces à utiliser sa Strike comme Strike initiale. Or, tu ne peux pas déclarer deux Strikes initiales différentes lors d’un même Round.

Et si c’est Jacko qui a deux .44 Magnum?

C’est le même problème. Ce n’est pas une question d’additional Strike: on ne peut pas utiliser les .44 Magnum puisque ça déterminerait deux Strikes initiales. Et ça, on ne peut pas le faire.

Mirror Image vs Wake (vs Form of Mist)


Hier soir, Wallace a bloqué mon Sensory Deprivation en utilisant un On the Qui Vive sur un Vampire tappé. Je n’ai pas trop compris l’issue du combat…

Ah! Je vois. Le problème, c’est le wake.

Le wake? Tu veux dire le On the Qui Vive?

Entre autres…

Quel est le problème?

Tu te souviens de l’article «[…] until the end of this action.»?

Oui.

Eh bien, cet article détient une partie de la réponse à ton interrogation. Voyons ce qui est écrit sur On the Qui Vive:

This minion wakes (they ignore the requirement to be untapped for playing reaction cards and attempting to block until the end of the action). If this minion is an ally, they do not untap as normal during their next untap phase.

Or, après l’effet de ton Mirror Image, l’action de ton Sensory Deprivation a continué. Tu étais donc encore dans la même Action.

Oui…

Ainsi, le On the Qui Vive de Wallace était toujours actif! Il pouvait toujours bloquer l’action comme s’il était untappé. Or, comme tu n’as pas ajouté de stealth, il a pu bloquer une seconde fois: ton action était toujours à +0 stealth et Jubal était toujours à +0 intercept. Ç’aurait été la même chose avec les autres cartes de wake: Wake With Evening’s Freshness, Fillip, Eyes of Argus et Forced Awakening.

Donc… Ça ne donne rien du tout de continuer l’action as if unblocked, d’abord!

Oui, oui! Si Wallace avait bloqué avec Jubal untappé, la situation aurait été tout autre! Après ton Mirror Image, Jubal n’aurait pas été en mesure de continuer de bloquer parce qu’il aurait été tappé après le blocage initial. Et ça, ç’aurait un changement de situation important si l’on compare avec celle au moment du blocage. Dans cette situation, il aurait fallu que Wallace joue un wake pour continuer de bloquer avec Jubal.

En fait, si Callirus avait eu Protean à supérieur, il aurait pu jouer Form of Mist et ç’aurait réglé ton problème!

Double Deflection

Darius, as-tu trouvé la réponse à notre question d’hier?

Laquelle, encore?

Oui, oui! Rappelle-toi:

Nous n’étions plus que trois à jouer: Ziegfried avait été éliminé précédemment.

  1. Wallace me bleedait avec Appius Claudius Corvus.
  2. J’ai décliné le blocage et j’ai joué mon Deflection pour rediriger le bleed chez ma proie, Charlotte.
  3. Une fois le bleed redirigé, Charlotte a, elle aussi, joué un Deflection. Se faisant, elle a renvoyé le bleed chez moi puisque j’étais la seule cible éligible pour recevoir le bleed de Wallace.

Alors ma question était la suivante: Est-ce que j’avais encore la possibilité de déclarer un bloqueur malgré le fait que j’avais décliné mon droit de bloquer avant?

Oui, tu pouvais. Voici l’explication officielle qui vient tout droit du VEKN.

If the target of a directed action is reset, a new « choose blockers » opportunity results. [RTR 19970630]

Voilà, donc si je traduis librement : «Si la cible d’une action dirigée change, l’opportunité de bloquer est de ce fait restauré.» Bref, tu aurais finalement pu bloquer le bleed.

Ah, je m’en doutais! J’ai hâte de remettre ça dans la figure de Wallace!

Comment vais-je garder mon pool au-delà de zéro?

Après s’être questionné sur nos méthodes offensives, tout cela ne servirait à rien si nous n’arrivions pas à rester en vie assez longtemps pour tuer notre proie. La perte de pool est inévitable dans tous les decks ; par exemple, le seul fait d’influencer des Vampires fait perdre du pool. Il faut donc réfléchir à comment donner du fil à retordre à notre prédateur (et probablement aux autres Methuselahs aussi) en gardant notre pool le plus haut possible, le plus longtemps possible.

Dépendant du deck monté, certaines stratégies peuvent être plus efficaces que d’autres. Rester en vie n’est pas chose aisée, mais une grande variété d’éléments peuvent nous aider à gagner du pool ou éviter d’en perdre. Certains requièrent de la tactique (comment le deck est joué) et non de la planification stratégique (comment le deck est monté), ce que nous verrons sous peu.


Gagner du pool

D’abord, la façon la plus évidente de gagner du pool, quoique probablement la moins certaine, est de tuer sa proie. En effet, on gagne un Victory Point (VP) et, par la même occasion, 6 pools lorsque l’on réussit cet exploit. Ce gain de 6 pools peut réellement nous sortir du pétrin, spécifiquement lorsque la partie s’approche d’un point culminent où tous les Methuselahs sont en détresse. Toutefois, il est très risqué de ne compter que sur le seul fait d’éliminer sa proie pour se sortir d’une fâcheuse situation, car cela nécessite que le deck soit très agressivement orienté sur la rapidité. Comme plusieurs facteurs peuvent venir perturber la stabilité d’une table, le «tout-ou-rien» est téméraire:

  • Un prédateur spécialement résistant
  • Un vote inattendu d’un Methuselah allié
  • Un combat perdu
  • Un gain subit de pool de la part de notre proie
  • Etc.

Cela dit, gagner du pool en éliminant sa proie est une source tout à fait envisageable, mais elle résulte plus d’un événement incertain que d’une machination. Une approche plus équilibrée en liant plusieurs sources de gains de pools est fortement conseillée.

Une autre façon de gagner du pool est de faire passer des actions politiques. Lorsque l’on contrôle le vote autour de la table, il faut savoir s’en servir à son avantage. Certaines cartes telles que Consanguineous Boon, Parity Shift, Ancient Influence, Diversity ou encore Political Stranglehold peuvent facilement entrer dans une stratégie politique. Dans ce contexte, Armin Brenner est intéressant. Aussi, couplé à une stratégie offensive en combat, Anathema sera sérieusement à considérer.

Il est également possible d’augmenter notre pool à l’aide de certaines Actions. Art Scam, Kindred Spirits, Legal Manipulations en sont des exemples classiques.

Ensuite, certaines cartes Masters telles que Powerbase: Chicaco, High Museum of Art, Atlanta; Liquidation, Short-term Investment, Secret Horde et Ashur Tablets nous font gagner du pool directement. Même si Ascendance peut à priori avoir l’air intéressante, elle ne l’est pas. Le gain d’1 pool est trop inefficace si l’on compare à d’autres cartes qui ont un effet similaire, mais qui restent de manière permanente sur la table: je pense à Blood Doll ou encore Vessel, entre autres.

Il est aussi possible de ramener du blood des Vampires contrôlés vers notre pool. Minion Tap, Villein, Blood Doll, Tribute to the Master et Vessel sont les cartes les plus communes pour ce genre de manipulation.

Ces options, couplées à une source de gain de blood pour les Vampires (Library Hunting Ground, Papillon, Carver’s Meat Packing, The Rack, par exemple), sont des façons efficaces et régulières de gagner du pool.

De plus, contrôler l’Edge au début de son tour nous fait gagner 1 pool. Ceci dit, garder le contrôle de l’Edge tout un tour n’est pas une chose facile, surtout lorsqu’il reste beaucoup de Methuselahs autour de la table. Il faut réussir à bleeder sa proie et empêcher les autres de le faire. Une stratégie d’intercept peut aider. De plus, des cartes telles que Madness Network ou Enkil Cog seront fréquemment utilisées dans ce type de tentative puisqu’elles permettent de bleeder à la fin de la Minion phase de notre prédateur, et donc, de probablement être le dernier à bleeder avant le début de notre Untap phase.

Finalement, il existe certains Vampires qui permettent de gagner du pool: Victoria, Bartholomew, Saqqaf, Keeper of the Grand Temple of Set pour ne mentionner que ceux-ci. Quant à The unnamed, celui-ci offre aussi une façon de gagner du pool, mais son attribut Infernal vient quelque peu amoindrir son effet bénéfique.


Bloquer les actions

Jouer un deck qui intercepte les actions est un moyen efficace de se protéger contre son prédateur. Auspex peut être d’une très grande aide, même contre des attaques venant de nos «alliés» (Ex. : Eagle’s Sight). Si une telle stratégie de défense est attrayante, il faudra prévoir une quantité suffisante de cartes d’intercept pour pouvoir en avoir tout au long de la partie.


Gérer les bleeds de son prédateur

D’une part, certaines cartes telles que Steadfastness, Camaraderie, Dummy Corporation ou encore Telepathic Counter permettent de réduire le bleed.

D’autre part, lorsque les cartes de réduction de bleed ne sont pas accessibles, quelques options s’offrent à celui ou celle qui souhaite tout de même restreindre le bleed de son prédateur. Protected Ressources impose au prédateur une limite légale. Il est aussi possible de laisser planer la menace (ou le doute) avec un ou deux Archon Investigation. La peur liée au Archon Investigation peut faire en sorte qu’un prédateur n’augmente pas son bleed au-delà de 3, ce qui est un bon début si on nous menace avec Dominate, Dementation ou encore Presence!

Ensuite, rediriger un bleed, c’est-à-dire faire subir le résultat d’un bleed à un autre joueur à notre place, est un moyen très efficace de nous en protéger tout en nous rapprochant de notre objectif premier. La menace l’une redirection peut faire réfléchir notre prédateur, ce qui n’est pas anodin. En effet, ce dernier peut être retissant à augmenter la valeur de son bleed s’il finit par bleeder sa grande proie. Au final, il nous aurait aidés plus qu’à lui-même. Des cartes comme que Deflection, Redirection, My Enemy’s Enemy, Lost in Translation ou encore Telepathic Misdirection sont monnaie courante. Il est aussi possible utiliser le pouvoir passif d’Askinya Daclau si elle se retrouve dans notre deck.


Envoyer du blood sur les Vampires de la région non contrôlée

Lorsque les Vampires sont contrôlés, le pool précédemment transféré devient le blood du Vampire. Qu’il soit sous forme de blood ou non, il reste que le pool est une ressource limitée. D’abord, on peut tenter de payer ses Vampires moins cher en utilisant des cartes telles que Grooming the Protégé, Powerbase: Montreal, Dreams of the Sphinx ou encore Govern the Unaligned. Toutes ces cartes permettent d’envoyer des bloods de la Blood bank directement sur un Vampire non contrôlé, ce qui nous fait faire un quadruple gain:

  1. On paye moins de notre pool pour sortir le Vampire
  2. On utilise moins de transfers pour le même résultat et, par le fait même, on accélère sa sortie
  3. En cas d’urgence, on peut «retrotransférer» les bloods vers son pool

En effet, il est aussi possible de prendre ces mêmes bloods qui se retrouvent sur les Vampires de la région non contrôlée et de les «rétrotransférer», c’est-à-dire de les ramener vers notre pool. Lors de l’Influence phase, nous avons l’option de les ramener en utilisant 2 tranfers par pool récupéré. Cette technique peut s’avérer très utile en cas d’urgence. Jumelée à une source de gain de bloods (Ex.: Govern the Unaligned, Arcane Library), cette technique peut être plutôt efficace. Voici un exemple de «rétrotransfert»:

  1. Lors de la Minion phase, Lucinde, Alastor tente de jouer un Scouting Mission à supérieur. Comme l’action est à +1 stealth, sa proie décline le blocage et son prédateur aussi.
  2. 2 bloods sont transférés de la Blood bank vers un Vampire plus jeune que Lucinde, Alastor dans la région non contrôlée.
  3. Lors de l’Influence phase, le Methuselah ses 4 transfers (2 transfers chacun) pour ramener les bloods vers son pool.

Cela dit, Information Highway serait très aidant puisqu’il vous permettrait de rapatrier jusqu’à 3 bloods par tour.


Comme on vient de le voir, les options sont nombreuses. L’important est de toujours se garder au moins une façon de faire augmenter son pool à un moment ou à un autre lors d’une partie. Cela nous permet d’avoir un meilleur contrôle, à la fois sur notre pool, mais aussi sur le blood des Vampires.

Comment vais-je réduire le pool de ma proie à zéro?

Avant même de regarder les cartes de library, nous devons nous assurer que notre deck doit être en mesure de répondre à quelques grandes questions, lesquelles découlent de principes fondamentaux. Sans avoir à satisfaire à chacun d’eux, il faut à tout de moins s’y être penché et y avoir cogité. Aucune stratégie n’est parfaite; chacune n’est en réalité que le reflet de nos choix et de nos trop nombreux compromis.

Si l’on ne tue jamais notre proie, on ne peut pas gagner.
Si l’on ne peut pas gagner, à quoi bon jouer?

Avant de penser à comment rester en vie, il faut prévoir comment on souhaite remporter la partie. Sans avoir la prétention de présenter une liste exhaustive des possibilités, voici quelques options qui s’offrent à nous:


Le bleed

Le bleed est la manière la plus facile de faire perdre du pool à sa proie. D’abord, certaines disciplines permettent d’augmenter la quantité de bleed d’une action, ce qui la rend beaucoup plus efficace. certaines actions telles que Computer Hacking, Enchant Kindred, etc. Il existe aussi des Actions modifiers tels que Aire of Elation, Eyes of Chaos ou Conditioning peuvent augmenter le bleed.

Ensuite, une autre stratégie de bleed qui est tout aussi valable serait le breed, c’est-à-dire de contrôler plus de Vampires en en créant (Ex.: The Embrace, Third Tradition Progeny, Creation Rites, etc.) pour bleeder sa proie le plus fréquemment possible. Des cartes comme Foundation Exhibit ou Madman’s Quill peuvent venir en support à cette stratégie.


Le vote

Quelques Political actions peuvent faire enlever du pool aux adversaires. Kine Resources Contested, Conservative Agitation, Parity Shift ou Ancilla Empowerment n’en sont que quelques exemples communs. Cette stratégie demande généralement de contrôler des Vampires titrés ou encore avoir la possibilité d’augmenter le nombre de votes à l’aide de cartes telles que Legacy of Pander, Ventrue Headquarters ou Awe, pour ne nommer qu’elles.


L’attrition

Le principe de l’attrition peut sembler un peu étrange. Elle demande à ce que le Methuselah installe des cartes qui feront perdre du pool à sa proie sur une base régulière et automatique (Ex.: lors de chaque Untap phase ou lors de chaque Master Phase, etc.). Des cartes telles que Army of Rats, Smiling Jack the Anarch, Antediluvian Awakening ou encore 419 Operation sont des exemples. Dans plusieurs des cas, offriront la possibilité aux autres joueurs de de détruire les cartes installées, et donc, celles-ci devront être protégées de ces tentatives. C’est la raison pour laquelle la stratégie de l’attrition est souvent jumelée à celle de l’interception.


Le combat

Le combat peut affecter le pool d’un Methuselah de quelques manières. D’abord, le fait d’avoir des Vampires endommagés, en torpeur ou encore détruits réduit considérablement les ressources globales d’un Methuselah: il doit transférer du pool vers ses Vampires pour les garder en vie, il doit payer du blood pour sortir ses Vampires de la torpeur, il peut devoir influencer d’autres Vampires puisque le nombre total qu’il contrôle est en diminution, etc.

Plus important encore, envoyer des Vampires adverses en torpeur permet de tirer profit de cartes telles que Fame, Tension in the Ranks, Blessings of the Loa ou encore Dragonbound.


Le dommage indirect ou le transfert de pool

Finalement, il y a toutes les autres façons de faire perdre du pool, moins usuels, mais qui de manière bien planifiée peuvent être tout aussi efficaces que de bleeder. The Trick of the Danya, par exemple. Cela dit, il est généralement plus difficile de bâtir des deck autour de ces stratégies. Je conseille donc aux nouveaux joueurs de ne pas explorer cette avenue en premier.


Tout dépendant du type de deck que vous bâtirez, certaines des stratégies citées plus haut devraient faire plus votre affaire que d’autres. La majorité des decks utilisent les Minions pour bleeder la proie, mais comme on vient de le voir, d’autres options sont possibles. Souvent, un mélange de deux ou trois stratégies complémentaires sont conseillées pour donner plus de versatilité.