Comment réduire le volume de son deck


L’un des plaisirs de jouer à Vampire: The Eternal Struggle est le deckbuilding: la possibilité de bâtir sa propre stratégie à l’aide des cartes qui nous sont disponibles. Débuter en apprenant à maîtriser les bases du jeu avec l’aide des decks préconstruits ou du kit de la 5e édition est très bien, mais rapidement, le goût de variété et d’exploration titilleront. Pour un nouveau joueur, deckbuilder est généralement un casse-tête. Voilà pourquoi j’écris cette série d’articles qui sera, je l’espère, fort utile et instructive. Je donnerai quelques conseils généraux qui devraient guider les nouveaux joueurs à faire de meilleurs choix et qui devraient aider à ce qu’ils développent de meilleurs decks, sans toutefois juger de la stratégie choisie.

Comme nous l’avons vu précédemment, moins il y a de cartes dans notre deck, plus nos chances de piocher une carte souhaitable sont grandes, et ce, même si nous gardons le même ratio de cartes dans le deck. Or, il faut autant que possible tenter d’avoir le moins de cartes dans notre deck pour le rendre le plus efficace possible.

Pour moi, c’est difficile. J’ai toujours l’impression que tout est bon et qu’il serait mieux que je conserve plusieurs cartes en grande quantité! Je bâtis rarement un deck de moins de 8o cartes!

Je suis aussi comme ça! Mais passer d’un deck de 80-90 cartes à un deck de 60-70 cartes est presque toujours souhaitable et faisable. Cependant, cela implique de faire des choix…

Tu as raison, Ziegfried. Il est fort probable que plusieurs de tes cartes semblent utiles, mais j’ai une question pour toi: sont-elles toutes jouées?

Que veux-tu dire?

Je pose ma question autrement : t’arrive-t-il souvent de jouer alors que ton deck est épuisé?

Non, jamais. Quand je termine la partie, il me reste presque toujours environ 30 cartes dans mon deck.

Ne trouves-tu pas cela étrange?

Eh bien… Je n’en sais trop rien. De mon point de vue, ç’a l’air normal de terminer une partie de cette manière.

Normal, oui. Souhaitable, non! Dis-toi que toutes ces cartes que tu ne vois jamais peuvent probablement être retranchées. À quoi bon entretenir toute cette quantité de cartes qui ne font qu’encombrer et diluer ton deck? Parmi les 20-30 dernières cartes du deck se trouvent fort probablement des bonnes cartes qui auraient pu t’aider à mieux performer. Celles-ci auraient toutes pu avoir été piochées plus tôt. Mais au lieu de cela, elles se sont retrouvées dans le tréfonds inexploré de ton deck. Du total gâchis, si tu veux mon avis.

Comment je fais pour améliorer mon deck? J’enlève quoi et en quelle quantité?

Méthode 1 – Retrancher les cartes inutiles


La première chose que l’on puisse faire est de retrancher les cartes à l’utilité plutôt douteuse ou celles qui ont un intérêt contextuel. Par exemple, rien ne sert réellement de mettre dans un deck un nombre impair de Shattering Crescendo, car ils se jouent en pair. Un autre exemple serait le nombre de Concealed Weapon si l’on compare à la quantité d’armes dans le deck.

À quoi bon mettre 12x Concealed Weapon alors qu’il n’y a que 8x .44 Magnum?

Exactement. Un autre exemple serait la carte Charisma. C’est une excellente carte, mais seulement si elle a le potentiel d’être utilisée fréquemment. Si dans le deck, il n’y a qu’un seul Ally au total, Charisma a trop peu de chance d’être utile, et donc, devrait être retranchée.

C’est un autre exemple. Pour le reste, il n’y a rien de mieux que de jouer le deck. Inévitablement, tu te rendras compte que certaines cartes sont moins utiles selon les contextes ou ne sont utiles que rarement. Alors tu devrais considérer les enlever. Seule l’expérience de jeu te le dira.

Méthode 2 – Réduire proportionnellement le deck


Admettons que tu aies déjà enlevé les cartes à l’utilité douteuse, en deuxième lieu je chercherais à réduire le deck le plus proportionnellement possible. Il n’en serait que plus performant.

Proportionnellement?

Oui, en conservant son ratio de cartes, c’est-à-dire la quantité de cartes du même type (ou de même nom) par rapport à la totalité des cartes du deck.

Pourrais-tu faire la démonstration d’une réduction proportionnelle d’un deck?

Bien sûr! Je vais prendre comme exemple ton deck de 90 cartes et je vais le réduire en tentant le plus possible de conserver ses différents ratios. Pour nous aider à voir les manipulations, j’ai ouvert ton deck en triant les cartes et en regroupant les identiques.

Je fais exactement ça avec mes decks: je les ouvre sur la table en regroupant les cartes, et ça m’aide à choisir ce que je garde et ce que j’enlève.

Attention, les cartes Master en haut à gauche de l’image ne sont pas identiques. Elles sont toutes différentes, en fait! Je les ai regroupées pour sauver de la place sur l’image!

Pour trouver le pourcentage de place que les cartes occupent présentement dans le deck, il faut diviser le nombre d’exemplaires de cartes par la quantité totale de cartes présentes dans le deck. Ensuite, il faut multiplier le résultat par le nombre de cartes que l’on souhaite garder dans notre deck «réduit». Le résultat de ce calcul sera le nombre de cartes total de ce type que nous devrions garder dans notre nouveau deck vitaminé.

Par exemple, il y a présentement dans le deck 20 cartes de type Action 0, toutes sont des Govern the Unaligned. Celles-ci occupent 22,2% du deck de 90 cartes. Si nous souhaitons réduire proportionellement le deck à 60 cartes tout en gardant le même ratio, il ne nous reste qu’à multiplier le % par 60. Ce qui donne 14, si l’on arrondit à l’unité supérieure.

On fait ça pour toutes les cartes du deck.

Oui, c’est ce que je suggère d’abord. Pour simplifier, j’ai rassemblé les cartes et les ai triées par type. Dans le tableau ci-dessous, j’ai écrit la quantité de cartes de chaque type et le ratio en pourcentage de la place qu’elles prennent dans le deck. J’ai ensuite trouvé combien de cartes il devrait y avoir de chaque type dans un deck de 60 cartes environ. Ça donne ceci:

Je tente ensuite d’enlever le plus équitablement possible des cartes de chaque paquet pour arriver à la quantité totale attendue, laquelle est d’environ 60 cartes. Après voir fait l’exercice, 28 cartes ont été enlevées au total. Voici ce qui reste du deck:

Wow! ça a beaucoup réduit! Est-ce vraiment efficace de faire ça?

Oui, je vais te le démontrer de deux manières différentes. Prenons cette situation totalement fictive: imaginons que tu joues les deux decks lors de deux parties différentes. Voyons comment la quantité de cartes affectera ta chance. Disons que tu débutes avec le deck de 90 cartes. Tu en es au tour #3 et tu cherches désespérément à piocher un Behind You! pour assurer ta défense en combat. Voici la situation: il reste 73 cartes dans le deck, il y en a 10 dans la défausse et tu en as 7 dans ta main. Aucun Behind You! n’a encore été joué. En fait, les probabilités que tu en pioches un lors de ta prochaine pioche seraient de 10,95%.

Alors que dans les mêmes circonstances, mais avec un deck plus petit, les probabilités montent à 13,33%: un gain de 2,38% seulement en ayant enlevé proportionnellement des cartes du deck! C’est pas génial?

C’est intéressant, en effet!

Je peux te prouver l’efficacité théorique du deck d’une autre façon.

Vas-y!

Lorsque l’on parle de ratio, on se base sur le fait théorique que les cartes devraient être réparties plutôt également à travers tous le deck. Ainsi, une parfaite distribution mettrait un Behind You! à toutes les 10 cartes environ.

Ça serait rêvé! Comme ça, on pourrait être sûr que nous en aurons accès régulièrement, et ce, tout au long de la partie! Ça serait bien pratique de savoir ça!

Certain! Mais nous savons qu’une répartition de la sorte n’arrive pratiquement jamais. Quand on joue à un jeu de cartes, quel qu’il soit, il peut arriver que le hasard des cartes fasse en sorte que les 8 Behind You! se retrouvent à des positions inégales: trop en début de partie, aucune en milieu de parties et le reste dans les dernières 10 cartes du deck. On n’a pas de contrôle là-dessus et cela fait partie du jeu.

Ça arrive plus souvent que je le souhaiterais!

Pire que ça, il se pourrait aussi que toutes les cartes recherchées se soient malencontreusement retrouvées au fond du deck.

Toutes? Ça ne se peut pas!

Oui, c’est possible, mais je conviens que cela est hautement improbable! Je sais que c’est un exemple théorique qui ne peut que difficilement arriver, mais imagine deux secondes que cela soit le cas. Je donne cet exemple seulement pour accentuer l’effet bénéfique de la réduction du deck.

Euh, d’accord…

Bon, disons que tous les Behind You! se retrouvent littéralement à la fin de mon deck. Le fait d’avoir un plus petit deck, même s’il contient moins de Behind You!, accélèrera la certitude que j’ai d’en piocher! Avec un deck de 90 cartes, nous avons la certitude qu’au moins l’une des 83 premières cartes du deck sera un Behind You!. D’un autre côté, avec un deck de 62 cartes (pour rester dans l’exemple), même s’il y a en moins, nous avons la certitude qu’au moins l’une des 57 premières cartes du deck sera un Behind You!.

Je comprends ça.

Conclusion: en réduisant la quantité globale de cartes dans le deck, nous augmentons d’abord le pourcentage de chance de piocher une carte en particulier et aussi, nous accélérons la pioche assurée de toutes les cartes. Comme il a été démontré, le respect d’un ratio général de cartes n’est certainement pas tout pour décider de l’efficience d’un deck. L’idéal est de tenir compte à la fois du nombre de cartes et du ratio dans un ballet de décisions à la fois stratégiques et originales.

Méthode 3 – Ajouter des cartes qui peuvent aider


Ashur Tablets

Ashur Tablets est très intéressante parce ce qu’elle permet de multiplier la quantité de cartes dans notre deck sans devoir en ajouter. Ashur Tablets permet une forme de récursivité où le Methuselah peut choisir jusqu’à treize cartes qu’il décide de réinjecter dans son deck. Cela permet donc à un Methuselah de réduire considérablement le volume de son deck puisque, du coup, il n’a pas besoin d’y mettre autant d’exemplaires.

Peux-tu me donner un exemple? J’ai du mal à saisir…

Oui, bien sûr! Imagine qu’il y ait 8 Kine Resources Contested dans ton deck. Au cours de la partie, tu en joues 4 et que tu mets en jeu ton 3e Ashur Tablets. Il te sera possible de remettre les 4 Kine Resources Contested (et plus!) dans ton deck.

Donc, au final, c’est comme si j’avais eu 12 Kine Resources Contested dans le deck, même si au départ, je n’en avais que 8!

Exactement! De plus, les Ashur Tablets te permettent de choisir quelles cartes remettre dans le deck, pas seulement des Kine Resources Contested. Ça permet une plus grande versatilité parce que ça donne l’option de réinjecter des cartes utiles selon le contexte.

En plus de me faire gagner 3 pools!

En plus de te faire gagner 3 pools!

Il m’arrive souvent d’hésiter lorsque vient le temps de défausser des cartes. Je ne sais pas trop laquelle je dois défausser. Sachant que j’ai la possibilité d’éventuellement remettre les cartes de mon choix dans mon deck, je pourrais me permettre de défausser des cartes sans trop de stress.

C’est vrai, mais encore faut-il que 3 Ashur Tablets soient joués par contre. Mon dernier conseil serait d’en mettre plus de 3 dans ton deck.

Alors, j’en insère combien?

Disons 6.

Pourquoi 6?

Premièrement, tu dois en mettre plus de 3 au cas où d’autres Methuselahs en joueraient et qu’ils te feraient défausser prématurément ceux que tu as déjà mis en jeu. Si tu ne peux pas déclencher les effets des Ashur Tablets à quoi bon les jouer?

Ok, parce que dès qu’un Methuselah met son troisième Ashur Tablets en jeu, je perds les miens?

Oui. Dès qu’un Methuselah joue son troisième Ashur Tablets, les siens et tous ceux présentement sur la table sont défaussés dans leur Ash Heap respectif. Retour à la case zéro! D’où la nécessité de posséder de nombreux exemplaires. S’il advient que tu te fasses enlever quelques Ashur Tablets par le plus malencontreux des hasards, tu aurais toujours la possibilité de retenter le combo de trois cartes à un autre moment dans la partie.

Deuxièmement, insérer dans le deck des Ashur Tablets en multiples de trois (3, 6 ou 9) te permettra d’espérer jouer le combo de trois cartes plusieurs fois dans une partie.

Troisièmement, mettre plusieurs Ashur Tablets accélérerait leur pioche, car plus tu as d’exemplaires d’une carte dans un deck, plus tu piocheras l’une d’elles tôt dans la partie. En théorie, si tu possèdes 3 Ashur Tablets dans ton deck de 60 cartes, tu peux espérer en avoir une en main à toutes les 20 pioches, tandis que si tu en a 6, tu peux en espérer une à toutes les 10 pioches. Théoriquement.

Ça serait génial, ça!

Certainement! Garde à l’esprit, par contre, que les Ashur Tablets prennent eux aussi de la place dans ton deck. Tu devras utiliser une Master phase action pour les mettre en jeu et leur utilisation ne sera pas garantie. Je ne dis pas de les utiliser systématiquement, mais l’option est intéressante si tu cherches à réduire tes decks. Le mieux est de l’essayer. Tu verras bien si cette stratégie te plaît ou pas.

Bonne idée, je vais essayer ça!

Aussi, pour un gain de pool supplémentaire, Ashur Tablets se combine très bien avec Liquidation. Les bonnes cartes défaussées peuvent être choisies pour réintégrer le deck dès que l’effet des Ashur Tablets se déclenche.

Heart of Nizchetus

Heureusement, il existe d’autres options pour les joueurs qui décideraient de retrancher moins de cartes, car parfois, les ratios peuvent être plus difficiles à conserver. Je pense particulièrement aux decks qui contiennent une grande variété de cartes différentes ou encore d’autres qui misent sur la carte Liquidation pour gagner du pool.

On peut faire un compromis en y insérant certaines cartes. Je pense à Learjet, mais plus particulièrement à Heart of Nizchetus.

Ah? En quoi change-t-elle la donne?

Primo, la carte accélère considérablement l’accessibilité aux cartes du deck, car chaque fois qu’elle est activée, elle nous permet d’accéder à trois cartes auxquelles nous n’aurions accès que lors des trois prochaines pioches.

Je ne comprends pas…

Disons, pour l’exemple, que lors d’un tour moyen, un joueur joue environ 3 cartes, et donc, pioche 3 cartes.

D’accord.

Maintenant, imagine un deck dans lequel la dixième carte à partir du dessus du paquet est un Behind You!. Après un tour de jeu normal où le joueur a pioché 3 fois, Behind You! aura atteint la position 7 dans le deck. Par contre si les 3 pioches sont complémentées par l’activation du Heart of Nizchetus, Behind You! aura atteint la position 4 dans le deck, et ce, en un seul tour.

Je vois! Ça donne accès à toutes mes cartes plus rapidement! C’est vraiment pratique parce qu’il m’arrive souvent de ne pas avoir en main les cartes qu’il faut au bon moment…

Deuxio, dans le même esprit qu’Ashur Tablets, Heart of Nizchetus soulage les joueurs du stress de devoir choisir judicieusement leur défausse. En d’autres termes, un joueur ressentira moins d’angoisse quand viendra le moment de choisir la ou les cartes qu’il souhaitera défausser, car celles-ci ne sont pas réellement défaussées: elles retournent toutes sous le deck. Ainsi, aucune carte n’est perdue à tout jamais puisqu’elle reviendra probablement tôt ou tard dans la main du joueur.

Surtout avec un Heart of Nizchetus équipé!

Voilà, avec tous ces conseils, tu pourras très certainement améliorer tes decks.

Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.